[Review] 21109 – Exo suit

1
61

Ca y est, le printemps pointe le bout de son nez!

Mais la météo n’étant pas toujours accommodante, je profite de quelques jours pluvieux de ce mois de Mars pour vous rédiger la fiche technique du set #21109 Exo suit (et les jours cléments je les réserve pour les photos!).

Faisons un rapide retour en arrière, nous sommes en 2008, LEGO s’appui sur un concept de crowdfunding Japonais CUUSOO (traduction phonétique depuis le japonais) et lance la gamme du même nom.

En 2014 LEGO prend le contrôle total du concept et renomme la gamme: LEGO IDEAS, celle que nous connaissons actuellement (pour un peu plus de détails je vous invite à lire l’article de Nicolas [Review] 40448 – Vintage car).

Au moment ou j’écris cet article, nous en sommes au 33ème set CUUSOO/IDEAS édité, le dernier en date étant le #21326 Winnie l’ourson.

Mais intéressons nous au numéro 007 qui n’a de l’Aston Martin que la couleur, voici l’Exo suit qui n’a rien à envier à celle du lieutenant Ripley dans l’excellent Aliens!

Ce set est clairement un hommage à la gamme classic space de la fin des années 70 début 80.

Composée de 309 pièces et sortie courant 2014, cette boîte vous permet d’assembler principalement un robot d’une quinzaine de centimètres de haut environ (antenne non comprise).

La notice, bien que de format modeste (20×12.5cm), possède une finition très classe. Elle est composée de 88 page de papier glacé, finition satin pour la couverture, et a une reliure collé en lieu et place des traditionnelles agrafes.

Le fond est bleu très foncé et on trouve à l’intérieur une présentation succincte du contexte de l’oeuvre, de son créateur anglais Peter Reid, et du designer LEGO Mark Stafford en charge du projet. On aura même droit à une mini histoire fictive de 4 pages mettant en scène les protagonistes du set.

Le tout traduit en trois langues: anglais, français et espagnol.

Deux minifigurines accompagne ce set reprenant le design des anciens astronautes avec le légendaire logo doré Classic Space. Toutefois la teinte verte est quant à elle inédite et exclusive à ce set.

Alors oui ça pique un peu aux yeux pour ceux qui sont attachés aux couleurs traditionnelles, mais on fini par s’y faire. Et puis c’est le printemps, c’est de saison!

Part ailleurs le vert sera réutilisé dans les années 90 pour la gamme space police II.

On notera quand même quelques touches de modernité:

D’abord sur le casque dont ce moulage le rend plus robuste comparé aux casques de première génération qui avaient tendance à se briser au niveau de la mentonnière (d’où le clin d’oeil à ce sujet sur la figurine de Benny de la gamme LEGO movie).

Et bien entendu sur les têtes qui arborent des expressions faciales, et qui représentent Peter et sa compagne Yve.

Pour la pièce principale nous avons l’exo armure à proprement parler qui est, au moins pour moitié, constituée de pièces en light bluish gray digne descendant du « old gray » façon année 70-80.

Quelques plates et briques jaunes transparentes, par ci par là, qui font échos aux cockpits des anciens vaisseaux.

Une bonne moitié de l’armure est, quant à elle, faite avec des pièces couleur dark bluish gray qui n’existait pas à l’époque. J’imagine que c’est dans un soucis de contraste que cette couleur a été choisie, faire tout le modèle en gris clair l’aurait rendu sans doute trop fade. Personnellement, j’aurais peut-être opté pour du bleu à la place, plus emblématique du code couleur Classic space.

Un petit peu aussi de metallic silver et flat silver (griffes et quelques éléments décoratifs) qui, selon moi, n’était pas nécessaire.

Par contre un florilège de détails parcours l’ensemble du modèle et pas mal de ces derniers on des points d’accroche assez fragiles.

L’Exo suit se contentera, dans bien des cas, d’une utilisation en mode exposition, elle n’est pas très pratique pour jouer avec…

Du coup, c’est vrai que cela tranche quand même avec les set Classic space qui sont eux beaucoup plus sobres et épurés. Mais que voulez vous, il faut vivre avec son temps et en 2014 LEGO ne pouvait décemment plus éditer une boîte aux standards de l’époque (même si ça aurait quand même fait plaisir aux fans de la première heure dont je fais partie).

On notera l’utilisation, ou le détournement si vous préférez, de certains types de pièces.

Je pense notamment aux tonneaux pour représenter les avant-bras ou encore les enjoliveurs à l’arrière du modèle pour simuler des sortes de turbines.

Dans ces cas très précis je ne suis pas particulièrement fan du rendu, mais cette technique assez répandue de nos jours est quand même très intéressante et applicable à de nombreux thèmes.

Quelques autres poulies, jumelles, blasters etc… sont aussi détournés de leur utilisation première et ajoutent du détail à l’ensemble.

Petite précision supplémentaire, une tile inversée 2×2 tampografiée de quatre petits réacteurs est judicieusement placée sous le c.. du méca, lui permettant assurément de procéder à de petits sauts tel Neil Armstrong à la surface de la lune! (à moins que ce ne soit le sas d’évacuation des déchets… allez savoir…).

Faut pas en vouloir à l’ingénieur, c’est quand même l’emplacement le plus approprié!

Ce n’est toutefois pas une pièce exclusive, on la retrouve dans deux autres set de la défunte gamme Chima.

La surface de contact des pieds avec le sol se fait avec 2 plates de 4×1 (une par pied) et, contre toute attente, l’armure est plutôt stable, les risques de chute ne sont pas élevés.

Le tout est très bien articulé, chevilles, genoux, hanches, épaules, coudes! Ce qui nous donne accès à un large éventail de postures possibles.

Aller hop, bouge de la toi!
Si je t’attrape, je te tords (devise de Bender)
Un petit coup pour la route (ah ben tient c’est encore de Bender)

Enfin, une zone de stockage en forme de caillebotis avec deux barils de produits, à coup sûr dangereux, et un genre nouveau de robot-tortue à carapace argentée complètent le set.

Ces éléments n’appartenaient, à priori, pas au projet initial et ont été rajoutés par les designers de chez LEGO pour meubler le tout.

Et oui je trouve le choix de la tortue… comment dire… bon j’imagine que de temps en temps la direction de LEGO autorise son personnel à… humm… extérioriser son originalité, on va dire ça comme ça.

Ce set n’en reste pas moins une réussite qui a ravi la communauté de fans de la gamme espace d’antan. Pour ma part, je n’hésite pas à le faire trôner fièrement parmi ma collection Classic space (mais je cache un peu la tortue derrière un cratère quand même…).

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez rédiger votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici