[Custom] 70751 – Le temple de l’Airjitzu

1
48

Comme je l’expliquais dans un précédent article (voir la review du set du nouvel an chinois: « la fête des lanternes »), j’ai mesuré l’ampleur, ou du moins de la qualité de finition et du soucis du détail de certains set de la gamme Ninjago au festival Récréabrick 2018.

Armé, à l’époque, d’un porte monnaie bien étoffé, je me suis mis en quête des gros set Ninjago movie. Puis une fois les boîtes convoitées acquises, j’ai fureté parmi les diverses déclinaisons de la gamme à la recherche de modèles qui pourraient soutenir la comparaison avec ces dernières.

J’ai écarté les véhicules (qui paraissent trop futuriste à mon goût), les dragons (trop fantasy, quoi qu’il faille bien l’avouer, n’en restent pas moins magnifiques) et les set de taille modeste (trop peu détaillés).

Je suis finalement tombé sur la boîte à laquelle on va s’intéresser aujourd’hui:

70751 – Le temple de l’Airjitzu.

Il a tout de ses grands frères: la ville, les quais, et plus récemment les jardins. A savoir des dimensions plus qu’honorable (l’ensemble rentre dans environ une surface de 48 x 48 studs), un niveau de détail élevé, un grand nombre de minifigurines et un style architectural très travaillé.

Néanmoins un détail le différencie de ses frères. Le temple de l’Airjitzu est un « play set », là ou les autres sont conçus sur le modèle des « modular ».

Bâtiment central
Aile gauche
Aile droite

Je m’explique rapidement, un « play set » est un set prévu pour être facilement jouable, c’est à dire avec des bâtiments qui sont ouverts à l’arrière pour faciliter l’accès aux diverses zones intérieures, alors qu’un set du type « modular » est une construction qui a un aspect « fini » quelque soit l’angle sous lequel on le regarde. Alors, certes, les zones intérieures restent généralement accessibles en dissociant les étages du bâtiment, mais celles-ci sont souvent étriquées et la manipulation des minifigurines  à l’intérieur de ces dernières est limité.

C’est donc à partir de cette observation que je me suis mis en tête de modifier le temple de l’Airjitzu pour le faire changer de catégorie, le passer de « play set » à « modular ».

J’ai pour cela commencé à main levée, ou à brique levée devrais-je dire, à travailler sur les deux petits bâtiments latéraux, la forge et le marché.

Je les ai fermés de la façon la plus esthétique possible avec majoritairement des briques issues de mon vrac. J’ai essayé de conserver le style de la construction originale mais j’ai surtout fait avec ce que j’avais à disposition à la maison!

La forge
Le marché

C’est resté un bon moment comme ça dans ma vitrine. Je procrastinais concernant la modification de plus grande envergure du bâtiment central. Des idées trottaient dans ma tête mais je rechignais à les mettre en application. D’une part parce qu’à cette étape là je ne pouvais plus simplement me reposer sur mon vrac (car il n’était pas assez bien étoffé) pour pouvoir commencer à construire directement et puis il me faudrait aussi, pour bien faire, créer de nouvelles toitures identiques à celles déjà existantes pour que l’ensemble reste le plus cohérent possible. Et je commençais déjà à entrevoir la liste de pièces qui allait fatalement devoir constituer pour mener à bien ce projet… et les frais que ça allait engager.

Du coup, sans pièces, et donc avec une dépense inévitable au final, il fallait que je fasse les choses bien, ou du moins du mieux que je pouvais, pour ne pas gaspiller.

Je me suis donc aidé de l’outil informatique pour mener à bien cette affaire. J’ai utilisé « Studio » le logiciel de Bricklink pour modéliser l’édifice.

Dans le concept que j’ai imaginé, je voulais préserver au maximum la construction originale, ne pas avoir à modifier en profondeur la structure du set et essayer de créer une façade amovible pour pouvoir en un minimum de manipulations retrouver le set initial. Et cela se fera au dépend de la symétrie avant/arrière de la bâtisse.

J’ai commencer par modéliser (en blanc) le contour arrière existant du temple. J’ai ensuite monté ma structure en faisant en sorte que les nouvelles briques n’interfèrent pas avec celles déjà en place et à chaque rangées de brique je veillais à ce que le design soit (à peu près) homogène avec celui de la façade avant.

Sur studio

Une fois fini, j’ai exporté à partir de « Studio » une wanted list dans mon compte Bricklink, il n’y avait plus qu’à commander!

J’ai recréé à l’identique les éléments de toitures et à l’aide de supports fixés sur les planchers intérieurs je maintiens en place tout l’ensemble.

Il y a quelques détails que je n’ai pas pu régler et que je ne réglerais probablement pas, notamment les stickers façon papier traditionnel asiatique  sur les fenêtres, mais le résultat final me satisfait assez pour pouvoir en rester là sur ce projet.

Par cet article je classe donc l’affaire, mais n’ayez crainte, pas définitivement. Je rouvrirai le dossier Ninjago prochainement, car déjà d’autres choses s’esquissent dans mon esprit… on croit que c’est fini, mais avec LEGO ce n’est jamais fini !!!!

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez rédiger votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici